L’Association nationale des Centres d’amitié (ANCA) a été mise sur pied en 1972 pour représenter le nombre croissant de Centres d’amitié à l’échelle nationale au Canada. L’ANCA est un réseau de 107 Centres d’amitié et des Associations provinciales/territoriales (APT) déployé d’un océan à l’autre.

Pour une liste complète des centres d’amitié et des associations provinciales/territoriales, veuillez visiter la section Centres d’amitié de notre site web.

 

Ce que nous faisons

Les Centres d’amitié représentent l’infrastructure de prestation de services aux Autochtones hors réserve la plus importante au Canada. Ils sont les principaux fournisseurs de programmes et de services adaptés sur le plan culturel pour les Autochtones vivant en milieu urbain. Depuis plus d’un demi-siècle, les Centres d’amitié facilitent la transition des Autochtones provenant des régions rurales, éloignées et des réserves jusqu’en milieu urbain. Pour bon nombre d’Autochtones, les Centres d’amitié sont le premier point de contact pour être aiguillés vers des programmes et des services socio-économiques axés sur la culture.

En tant qu’organe de direction nationale du Mouvement des Centres d’amitié, l’ANCA est gérée de façon démocratique et apolitique.

Notre mission

La mission de l’ANCA consiste à aider les centres d’amitié et les associations provinciales/territoriales à réaliser leurs différentes missions et visions dans leurs communautés autochtones urbaine.

Histoire

Animés et gérés par des bénévoles, les centres d’amitié ont vu le jour au milieu des années 50, alors que le nombre d’Autochtones s’installant dans les zones urbaines augmentaient. Les organismes autochtones ont clairement besoin de services spécialisés pour aider les nouveaux arrivants autochtones dans la ville. Ces agences fourniraient des références et offriraient des conseils en matière d’emploi, de logement, d’éducation, de santé et de liaison avec d’autres organisations communautaires.

À mesure que la demande de services des autochtones vivant en milieu urbain augmentait, le nombre de centres d'amitié augmentaient aussi. La nature de la programmation et des services ont rapidement améliorée. À la fin des années 1960, les centres d'amitié ont commencé à s'organiser en APT et l'idée de créer un organisme national représentant le nombre croissant decentres d'amitié a gagné en popularité.

En 1972, les centres d'amitié étaient devenus des centres de prestation de services sociaux de première ligne. En 1996, la responsabilité administrative du Programme des centres d’amitié autochtones (PCAA) a été transférée du ministère du Patrimoine canadien à l'ANCA. Cette nouvelle entente signifiait que tous les fonds de fonctionnement du PCAA seraient administrés par l'ANCA aux centres d'amitié et aux APT. Ce transfère a marqué une nouvelle ère dans les relations entre les peuples autochtones et le gouvernement et, à ce jour, met en évidence une relation unique avec le gouvernement du Canada.

L'ANCA aujourd'hui

Cette relation continue d'évoluer. En 2014, le gouvernement du Canada et l'ANCA ont annoncé la création de la nouvelle Stratégie pour les Autochtones vivant en milieu urbain, une entente de financement visant à assurer la pleine intégration des peuples autochtones à l'économie du Canada.

Aujourd'hui, plus d'un demi-siècle après le développement initial des centres d'amitié au Canada, le mouvement des centres d'amitié s'est développé et continue d'offrir des programmes et des services essentiels aux populations autochtones vivant en milieu urbain partout au Canada.