February 26, 2021

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Les centres d'amitié prêts à contribuer au déploiement de la vaccination contre la COVID-19 auprès des Autochtones en milieu urbain

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
LE 26 FÉVRIER 2021

Près des deux tiers des membres de l'Association nationale des centres d'amitié (ANCA) ont exprimé leur intérêt à soutenir le déploiement de la vaccination dans près de 60 sites au pays.

« Au moins 50 à 60 centres d'amitié à travers le pays sont prêts et capables de gérer une clinique de vaccination contre la COVID-19 s'ils ont le soutien des décideurs en fonction, a déclaré la directrice générale de l'ANCA, Jocelyn Formsma. De nombreuses autres organisations autochtones urbaines sont également intéressées à participer à la campagne et capables d'apporter leur aide. »

Tandis que la vaccination progresse dans tout le pays, l'ANCA s'inquiète du fait que les Autochtones en milieu urbain pourraient être laissés pour compte dans certaines régions en l'absence de normes ou de plans concrets.

« Nous sommes heureux de voir certaines provinces inclure des stratégies spécifiques aux Autochtones en milieu urbain dans leurs plans d'action de vaccination. Toutefois, toutes les provinces n'en ont pas encore et, pour celles qui en ont, les stratégies doivent inclure un suivi rigoureux, poursuit Mme Formsma. La meilleure façon de procéder dans le cas présent consiste à s'assurer que les centres d'amitié et autres organisations autochtones urbaines fassent partie intégrante de la campagne de vaccination. Sinon, nous craignons que le niveau d'accessibilité et de participation à la vaccination dans les communautés autochtones en milieu urbain soit inutilement faible. »

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) a récemment mis à jour son guide intitulé Orientations sur l’établissement de l’ordre de priorité des principales populations à immuniser contre la COVID-19 afin d'inclure à l’Étape 2 les « adultes des communautés autochtones, qui n’ont pas reçu de vaccin au cours de la première étape ». Auparavant, seuls les « adultes dans les communautés autochtones » étaient inclus à l’Étape 1. Cette mise à jour garantit que les adultes des communautés autochtones, quel que soit leur lieu de résidence, soient inclus dans l’ordre de priorité établi.

« Les peuples autochtones se déplacent constamment entre les zones urbaines et leurs communautés d'origine, où l’on trouve les mêmes comorbidités et manque d'accessibilité à des sites de vaccination culturellement sécuritaires. Il est donc essentiel que les Autochtones en milieu urbain soient traités avec la même urgence que les Premières Nations, Métis et Inuits vivant dans les réserves, territoires nordiques et régions éloignées », déclare Christopher Sheppard, président de l'ANCA.

L'Association nationale des centres d’amitié est encouragée par les cliniques de vaccination pour les Autochtones en milieu urbain récemment mises en place à Montréal, Ottawa, Toronto et Whitehorse avec l’aide de partenaires autochtones urbains locaux et des gouvernements autochtones, et elle est au courant des plans prévoyant prochainement des cliniques dans d'autres régions. L'association aimerait que ces exemples de cliniques de vaccination culturellement plus sécuritaires soient reproduits dans tout le pays.

Enfin, l'ANCA tient à s'assurer que le déploiement de la campagne de vaccination contre la COVID-19 soit rapide et sécuritaire pour tous les Canadiens. Les centres d'amitié sont prêts à venir en aide aux gouvernements provinciaux et fédéral pour que les communautés autochtones en milieu urbain soient prioritaires dans la stratégie de vaccination contre la COVID-19.

DEMANDES DES MÉDIAS :

Sara Kelly
Agente des communications
communications@nafc.ca 

L’ANCA représente plus de 100 centres d’amitié et associations provinciales/territoriales oeuvrant localement, et ce, dans toutes les provinces et territoires au Canada (sauf l’Île-du-Prince-Édouard). Les centres d’amitié sont des carrefours pour les communautés autochtones en milieu urbain, offrant un large éventail de programmes et services pour les Premières Nations, les Inuits et les Métis établis dans des communautés urbaines, rurales et nordiques. Ensemble, les centres d’amitié constituent le réseau le plus important et le plus complet au Canada en matière de prestation de services aux autochtones en milieu urbain.

ANNEXES: